top of page
Rechercher

Hypersensible, de l’enfant blessé à l’adulte libéré et épanoui




Quel regard poses-tu sur ta grande sensibilité, tes émotions ? Est-ce que c’est quelque chose qui te dérange ou au contraire tu es dans l’accueil de cette dimension de toi ?


Si j’aborde ce sujet essentiel dans ce nouvel article, c’est pour t’aider à changer de regard sur toi même, sur ce que tu vis, notamment dans tes émotions et ta sensibilité.




Les hypersensibles vivent tout très fortement, ressentent tout intensément. Mais ce qu’il se passe,

c’est qu’au fil de notre vécu, cette dimension a pu être étouffée, mise de côté, comme si ce n’était pas bien, pas correct, d’avoir tous ces ressentis.


Et sur le long terme, cela peut prendre différentes formes : soit l’adulte que l’on devient se coupe de ses émotions, elles sont bloquées, elles ont du mal à sortir, ou à l’inverse, on devient un adulte complétement submergé par ses émotions, avec une difficulté à se réguler émotionnellement, à retrouver un équilibre intérieur.

Ce qui va amener le corps à somatiser, c’est-à-dire qu’il exprime des maux, des douleurs, des tensions, dont on ne comprend pas vraiment la cause. Derrière ces maux se loge très souvent cette dimension émotionnelle qui est contenue, retenue, alors qu’elle a besoin de pouvoir s’exprimer, se vivre librement.


Mais voilà, ce n’est pas si simple. Car tout cela s’ancre dès notre plus jeune âge et vient nous conditionner une fois devenu adulte, comme si on portait un programme inconscient qui nous bloque, nous freine, nous éloigne de nous même, ce qui nous maintient dans des états de souffrance. Et on se retrouve à subir notre vie, nos maux, plutôt qu’à vivre pleinement notre Vie.


Et l’on vient à se juger, s’en vouloir, comme si c’était de notre faute, alors que non. J’aimerais tant que tu puisses y croire. Tu n’as pas à t’en vouloir.


Tu as le droit d’être sensible, très sensible. Tu as le droit de vivre des émotions, de les exprimer, de les ressentir. Tu as le droit d’être toi. Et c’est beau d’être toi.

Alors comment tout cela se met en place en nous ?


Tout commence dès le début de la vie, puis l’enfance, l’adolescence, selon comment les émotions étaient perçues dans notre famille : étaient-elles autorisées ? ou est ce qu’il fallait plutôt les mettre de côté, les banaliser, les faire taire ? Pour ne pas trop déranger ou parce que vivre des émotions voulait dire être trop sensible, donc trop faible. Et que quand même il faut avancer, ne pas trop se plaindre, ne pas trop prendre de place…


Si très jeune tu n’as pas reçu l’attention, la reconnaissance nécessaire face à tes ressentis, à tes émotions, à ce que tu vivais, alors il est fort probable que tu aies ancré en toi que ce n’était pas normal de vivre ses émotions, et donc qu’il fallait mieux les cacher, les garder pour Soi, les mettre de côté.


Quand le parent ne vient pas créditer le ressenti de l’enfant, il devient un adulte qui aura beaucoup de difficultés à donner de la valeur à ce qu’il ressent.

Ce qui va l’amener à banaliser ses émotions, les étouffer, les garder en lui, à ne pas y prêter plus d’importance que ça. L’adulte se rejoue inconsciemment un scénario de l’enfance, comme une croyance à laquelle il croit dur comme « faire », car c’est intégré en lui comme une réalité, hors ce n’est plus ta réalité.


Tu as le choix et le droit de venir changer cette réalité.


Comment ?


En apprenant petit à petit à ramener de l’importance à ce que tu vis, à ce que tu ressens, à tes émotions. En venant les valider, les accueillir, sans les juger, sans les réprimer. En réapprennant à prendre soin de toi. En devant plus conscient de ce que tu vis. En retrouvant ta vraie valeur.


Cela passe aussi par venir légitimer le vécu de l’enfant que tu étais et qui garde en lui les traces de ce manque de reconnaissance, d’attention, d’accueil, de protection, de considération, d’écoute,…selon le vécu de chacun.


Quand l’enfant vit des émotions intenses et qu’il se retrouve seul face à lui-même, avec ses larmes, sa colère, sa peur, au fil des années cela peut amener une grande insécurité intérieure. Car il n’y a pas de repère, de soutien, sur lequel se reposer pour être accueilli.e dans ce que l’on vit. Cela amène aussi des défaillances au niveau de l’estime de Soi, de sa valeur, car finalement on pense qu’on n’en vaut pas vraiment la peine.


Pour un hypersensible, tout étant décuplé, il va être fondamental de réapprendre à donner la place à tout ce vécu intérieur et à toutes ces émotions, à y accorder de la valeur, pour retrouver de l’harmonie et de la confiance en Soi.


Petit à petit, ce travail amène un immense soulagement et de grandes libérations intérieures. Comme une autorisation à être enfin qui l’on est.


Car ce sac à dos que l’on portait devenait trop lourd. Ce qu’on s'oblige à porter, pensant qu’on doit être fort.e, que ce n’est pas bien d’être trop sensible, d’être Soi même, amène beaucoup de souffrance intérieure, de douleurs, d’inflammation, d’anxiété.

Apprendre à te redonner cette importance est un cadeau immense que tu peux t’offrir à toi-même dès maintenant pour te délivrer, te libérer, et te rouvrir à la possibilité d’être enfin qui tu es et d’avancer chaque jour vers une vie plus douce, plus légère, plus sereine, où tu peux t’épanouir, en confiance.


On ne change pas le passé, par contre on peut agir dès maintenant au présent, sur notre passé, pour libérer ce qui nous empêche d’être bien et améliorer notre « demain ».


C’est en venant agir là, à l’intérieur de Soi, que l’on peut transformer sa Vie et redéfinir ce qui est juste et bon pour Soi.


J’arrive à la fin de cet article qui je l’espère t’aura éclairé. Rappelle toi de t’accorder cette importance d’être qui tu es. C’est précieux. Et je sais de quoi je parle, crois moi. Je sais que pour toi aussi, c’est possible, de revivre plus en confiance et sérénité.


Si ces mots résonnent en toi et que tu souhaites aller plus loin dans ce travail intérieur, pour te donner cette opportunité de te sentir mieux avec toi-même et dans ta vie, je t’invite à me contacter par ici www.juliette-fontaine.com/contact


Je serais heureuse de te recevoir pour un 1er RDV sans engagement.


A très bientôt,

Juliette

37 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page